Objectif 15 000 kits

10 400 kits financés

Partagez

Restez informés

Interpellez Total

Total

L’exigence citoyenne concrète

Le retrait du projet d’extraction de gaz de schiste d’Ahnet en Algérie.
Objectif atteint en janvier 2015 ! Voir notre communiqué

Nouvelle exigence

L’engagement à ne pas s’impliquer dans les projets de gaz de Schiste en Algérie

Mobilisation en partenariat avec :

Total, quatrième géant pétrolier et gazier mondial, est le champion toutes catégories de la pollution et de l’évasion fiscale. Cette multinationale, qui figure dans le top 50 mondial des émetteurs de CO2, a versé 5,4 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires en 2013, mais ne paie aucun impôt sur les sociétés en France et pourrait même, comble de l’ironie, recevoir 80 millions d’euros au titre du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et du crédit d’impôt recherche (CIR) !

Nouveaux horizons avec les sables bitumineux et les gaz de schiste

Total est le second opérateur gazier d’Argentine, deuxième réserve mondiale de gaz de schiste selon l’Agence internationale de l’énergie. Dans la province de Neuquén, en Patagonie, Total possède onze concessions d’hydrocarbures non conventionnels, dont trois empiètent sur l’aire naturelle protégée Auca Mahuida.
En Alberta, au Canada, Total, présent depuis 1999, exploite les sables bitumeux, pétrole le plus sale du monde. La multinationale peut compter sur le soutien de François Hollande, qui a notamment vanté le « savoir faire » de Total au cours de sa visite au Canada en novembre 2014, au mépris des lourds impacts sociaux et climatiques de ces projets.

Et maintenant l’Algérie

Total cherche à s’implanter dans le sud de l’Algérie, qui détiendrait les troisièmes réserves mondiales de gaz de schiste. Ainsi, Total avait acquis la participation maximale de 49 % (51 % ont été, par la loi, attribués à la compagnie nationale Sonatrach) sur le permis d’Ahnet, une zone située à proximité de la ville d’In Salah. Les forages ont démarré sans aucune consultation de la population locale et ont donné lieu à une forte contestation depuis le début de l’année 2015.

Coïncidence ou pas, fin janvier 2015 Total a publié en catimini une information clé : « Le permis d’exploration d’Ahnet étant arrivé à échéance le 6 juin 2014, Total n’y est plus présent depuis cette date » - voir notre communiqué.

Si l’exploitation des gaz de schiste présente des risques sanitaires avérés, la plus grande aberration de ces projets dans le Sahara concerne les énormes besoins en eau, qui sera pompée dans les nappes fossiles. Avec l’ajout des adjuvants chimiques nécessaires à la fracturation, ces mêmes nappes fossiles deviendront impropres à la consommation. Tout cela n’affecte toutefois nullement Total, ni l’État français qui continue de soutenir ce projet. Le contexte de corruption endémique du pays et l’autoritarisme du régime ne semblent pas non plus freiner ces investissements.

Nous souhaitons soutenir cette mobilisation en mettant la pression sur Total afin que la multinationale se retire de ce projet controversé, qui aura des conséquences désastreuses sur les écosystèmes et les populations locales.

Les gaz de schiste ne sont-ils pas une bonne énergie de transition ?

Non. L’exploitation du gaz de schiste nécessite des investissements très coûteux pour son exploration et son exploitation, sans oublier les pipelines nécessaires à son acheminent. Elle est très consommatrice d’eau, d’adjuvants chimiques et d’hydrocarbures. Pire, les puits de gaz de schiste laisseraient fuir jusqu’à 12 % de méthane, un gaz a effet de serre qui possède un coefficient de réchauffement 25 fois supérieur à celui du CO2 !

Comment réagit la population ?

Les habitant-e-s des wilayas (départements) du sud saharien se sont immédiatement mobilisé-e-s. Après In Salah, le mouvement s’est étendu dans plusieurs localités voisines (In Ghar, Iguestene, Sahla Tahtania...) et plus au Nord dans les oasis sahariennes comme Ghardaïa, pour exiger l’arrêt immédiat des forages. Après le décès d’un manifestant de 21 ans, Mohamed El Noui, le 4 janvier 2015, le mouvement s’est très largement renforcé et s’est propagé dans tout le pays, forçant le pouvoir, malgré ses déclarations contradictoires successives, à reculer. Mais Total, et les autres multinationales qui ont acquis des permis dans cette région, se sont pas prêtes à lâcher prise.

  • Total

    mercredi 17 février 2016

    Notre exigence citoyenne concrète :
    Le retrait du permis d’exploration de Montélimar

    Total, quatrième géant pétrolier et gazier mondial, est le champion français toutes catégories de la pollution et de l’évasion fiscale. Il figure dans le top 50 mondial des émetteurs de CO2 et affiche un profit de 9,3 milliards d’euros en 2015, mais ne paie toujours pas d’impôt sur les sociétés en France où la multinationale est, soi-disant, “déficitaire”.

  • Algérie : Total doit clarifier sa position sur l’utilisation de la fracturation hydraulique

    vendredi 6 mars 2015

    Parti d’In Salah, une ville de 50 000 habitants au cœur du Sahara, un mouvement citoyen opposé à l’exploitation des gaz de schiste secoue l’Algérie depuis fin décembre 2014. À la veille de notre première journée d’action, Basta ! et l’Observatoire des multinationales rendent public un rapport visant à éclairer les ressorts de cette résistance citoyenne. Il interroge le rôle de Total et celui des États algériens et français dans les projets d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste en Algérie

  • Gaz de schiste en Algérie : le requin Total se retire sur la pointe des pieds ?

    jeudi 12 février 2015

    La multinationale Total que nous ciblons dans le cadre de la seconde édition du kit anti requins vient de publier en catimini une information clé passée inaperçue jusqu’à ce jour : « Actualisation janvier 2015 : Le permis d’exploration d’Ahnet étant arrivé à échéance le 6 juin 2014, Total n’y est plus présent depuis cette date ».
    Une simple coïncidence ? Notre décryptage.

Visuels et autocollants

Actions simples

  • Cibler les pompes d’une station service et s’organiser pour qu’il y ait toujours des autocollants collés dessus
  • Déambuler en homme/femme sandwich avec des slogans devant la station service

Actions plus élaborées

  • Détourner, parodier les pubs et slogans de Total.
  • « Total, vous ne viendrez plus chez nous par hasard » remplacé par « Total, vous n’irez plus polluer par hasard »
  • « Total, engagé pour une meilleure énergie » remplacé par « Total, engagé pour une énergie plus sale »
  • Ré-habiller une station Total avec les autocollants géants : sur les pompes, les panneaux d’affiche et les vitrines des boutiques.
  • Installer une grande banderole sur le toit des stations service avec le message : « Stop aux gaz de schiste en Algérie ».

Contactez le service presse de Total.

Envoyer un message